top of page
Rechercher

Le microbiote


Qu'est-ce que le microbiote intestinal ?

La flore intestinale, ou microbiote intestinal, représente l’ensemble des micro-organismes vivant dans l’intestin désignant ici à la fois l’intestin grêle et le côlon.

Concrètement, les probiotiques, ou souches microbiotiques, permettent de renforcer temporairement la flore intestinale pour que l’équilibre bonnes bactéries / mauvaises bactéries soit rétabli et que les premières puissent prendre le dessus sur les secondes.

De nombreuses études ont montré que la qualité du microbiote intestinal est étroitement liée à différents paramètres de santé et pathologies :


LA FLORE INTESTINALE

Que sont les probiotiques ?


Le mot « probiotique » vient des mots grecs « pro » qui signifie « en faveur » et « biotikos » qui signifie « la vie ».

En 2001, les probiotiques ont été définis par l’Organisation mondiale de la santé (OMS)1 comme des « micro-organismes vivants qui, lorsqu’ils sont ingérés en quantité suffisante, exercent des effets positifs sur la santé, au-delà des effets nutritionnels traditionnels »

Les grandes familles de lactobacillus

Les lactobacillus ou lactobacilles sont catégorisés en plusieurs sous-familles. On trouve par exemple le lactobacillus acidophilus, le lactobacillus amylovorus, le lactobacillus casei, le lactobacillus paracasei, le lactobacillus crispatus, le lactobacillus plantarum, le lactobacillus reuteri et le lactobacillus rhamnosus.

Les lactobacilles sont des germes pathogènes que l'on retrouve dans la muqueuse intestinale, mais également dans le vagin. Ils assurent une protection très efficace contre les infections. Les lactobacilles forment une barrière et évitent que les germes ne prolifèrent. Quand cette barrière est détruite, la digestion se fait plus difficile et le vagin peut être le lieu idéal de prolifération de mycoses.


Les grandes familles de bifidobactéries

Les lactobacilles sont associés aux bifidobactéries dans les compléments alimentaires.

Les bifidobactéries se déclinent aussi en pas moins de 44 espèces différentes. On trouve des bifidobactéries dans différentes parties de notre organisme. Ils ont le même effet que les lactobacillus et sont vivement recommandés dans les cas d'inflammation de l'intestin. Si vous devez faire face à des douleurs intestinales ou une inflammation d'un tube digestif, vous retrouverez l'équilibre avec un complément alimentaire.


Pourquoi et quand faire une cure de probiotiques ?

Pourquoi

Ø Renforcer son système immunitaire

Ø Rétablir l’équilibre du système digestif et améliorer le transit

Ø Peut réduire la fatigue et apaiser le système nerveux

Quand

Ø En cas de changement de rythme, d’alimentation et ou d’environnement, et une à 2 fois par an en période de changement de saison

Ø En cas de surpoids et/ou en cas de mauvaise alimentation ( attention c’est une aide pour booster la fabrication des bonnes bactéries, pour conserver un microbiote optimal vous devez avoir une alimentation saine et équilibre.


Où retrouve-t-on les probiotiques ?

  • Dans Les produits laitiers fermentés comme le yaourt, le lait et le fromage non pasteurisés. En effet, l’action de pasteurisation consiste à éliminer toutes les bactéries naturellement produites au moment de la fermentation.

  • Dans Les légumes fermentés comme les haricots, le chou, les cornichons, ou encore les olives. Il est aussi possible de lacto-fermenter ses propres légumes très simplement en les laissant macérer dans du sel ou de la saumure à l’intérieur de bocaux hermétiques. Cette technique ancestrale permet, qui plus est, de les conserver plus longtemps. Par ailleurs, la choucroute alsacienne et le kimchi coréen sont des exemples de plats typiquement gorgés de probiotiques.

  • Dans Le kéfir est une boisson issue de la fermentation de lait ou de jus de fruits sucrés

  • En complément alimentaire, les laboratoires conçoivent des gélules avec une ou plusieurs souches pour augmenter l’efficacité du produit.


En complément, pour obtenir un microbiote sain, il faut aussi s’occuper du milieu dans lequel vivent les microorganismes. Bien souvent il faut aussi réparer la paroi intestinale et diminuer l’inflammation qui est associée au déséquilibre.


LA PAROI INTESTINALE ET SA PERMEABILITE


L’intestin, du fait de ses différentes villosités, offre une surface d’environ 300 m². Mais ce filtre immense ne fait que quelques microns d’épaisseur puisque la muqueuse intestinale est constituée d’une seule couche de cellules. Pire encore, ces cellules ont une durée de vie très courte, 6 jours. Ainsi, c’est plusieurs millions de cellules qui doivent être renouvelées chaque minute dans notre intestin. On comprend donc que cette muqueuse soit fragile et que la perméabilité intestinale puisse être augmentée au moindre problème digestif (colite, inflammation, diarrhée…). L’hyper-perméabilité intestinale ou HPI (Leaky Gut Syndrome pour les anglo-saxons) est donc un phénomène fréquent qui doit être absolument traité sous peine de voir de nombreuses molécules, toxines ou microbes passer dans le sang.

Comment analyser et la qualité de la muqueuse ?

Pour la perméabilité intestinale, c’est assez délicat. On peut doser, là encore dans des laboratoires spécialisés, la calprotectine, l’alpha-1-anti-trypsine, les béta-défensine ou les IgA sécrétoires qui peuvent donner une idée de l’inflammation et de la perméabilité intestinale. Mais la fiabilité de ces dosages n’est pas encore parfaite. Finalement, il existe un moyen indirect d’évaluer la santé de l’intestin tout en analysant une partie des causes : le bilan IMUPRO qui permet de diagnostiquer les intolérances alimentaires. On a ainsi des indications très importantes sur les causes des symptômes et nous savons aussi que plus il existe d’intolérances alimentaires, plus on peut suspecter une HPI.

Les causes de l’hyper-perméabilité intestinale (HPI)

Elles sont nombreuses, mais on peut mentionner en particulier :

• Parasitoses

• Candidoses

• Dysbioses

• Stress aigu ou chronique

• Sport intensif

• Intolérances alimentaires

• Facteur environnemental

• Médicaments (antibiotiques, cortisone, AINS - aspirine …)

• Métaux lourds

• Obésité


Ainsi, on sait que la prise d’aspirine ou d’un anti-inflammatoire va affecter la muqueuse intestinale dans 50 % des cas.

Pour agir sur la flore et l’HPI, les principales pistes sont :

• Alimentation • Relaxation • Nutrithérapie • Probiotiques • Prébiotiques

Il faudra réduire les agresseurs : excès d’alcool, café et épices, médicaments (AINS, Aspirine,

Antibiotiques), cuisson intense (grillades, fritures…), excès de fer, stress…

La consommation régulière d’aromates au cours des repas sera très favorable en stimulant la digestion, en réduisant les flatulences et en assainissant le bol alimentaire :

• Frais : coriandre, menthe, thym, sarriette, basilic, aneth...

• Séchés : girofle, cumin, curcuma, cardamome, anis, fenouil, coriandre, carvi, genièvre


Les principaux compléments alimentaires pour agir sur l’intestin et sur la flore

Ce sont avant tout les probiotiques, les prébiotiques et la chlorophylle.

Ø La chlorophylle possède de nombreuses propriétés. Dans l’intestin, elle permet :

- Un effet cicatrisant de contact pour la muqueuse,

- L’absorption des gaz en excès,

- De limiter la pénétration des toxines dans le sang,

- De limiter le développement des champignons,

- D’améliorer les transits trop lents.

Par ailleurs, l’alternance entre les symbiotiques et la chlorophylle permet d’optimiser l’efficacité des 2 produits et d’apporter un meilleur confort intestinal.

Ø Curcumine pure pour son effet anti-inflammatoire et antioxydant,

Ø L-Glutamine est un acide aminé pour nourrir les cellules de l’intestin et les aider à se réparer. Ce produit est avant tout utilisé dans les dysbioses.





Tableau synthétique de différents probiotiques


*Produits issus de laboratoire reconnus pour la qualité de leur produit et leur sérieux

12 vues0 commentaire

Comments


bottom of page